Cycle 2014-16

Le cycle - J'habite ici

par Sébastien Harrisson

Si j’ai voulu que le thème de ce premier cycle de création, qui marque mon arrivée aux Deux Mondes et un nouveau départ pour la compagnie, soit formulé en mots simples, c’est parce que je crois que c’est souvent par ce chemin – celui du « littéral » et du concret- qu’on peut avoir accès aux questionnements les plus vastes, les plus essentiels.

« J’habite ici », ça veut dire quoi aujourd’hui ?

La petite fille de Dans ma maison de papier, j'ai des poèmes sur le feu de Philippe Dorin pointe le vide du doigt et fait apparaître sa maison imaginaire, maison au cœur de laquelle viendra se réfugier une vieille dame fuyant un mystérieux promeneur qui sifflote tout en parlant de la mort.

L’employé des messageries UPS, que j’ai imaginé dans La cantate intérieure, sillonne les routes d’Amérique et est soudainement happé par la vue, à travers une fenêtre, d’une silhouette de femme. En allant à sa rencontre, il refera le chemin de sa propre naissance et de ses origines, en pénétrant dans une chambre en apparence désertée où jadis sa mère a habité.

Entre ces deux histoires, un fil rouge se déploie: celui de l’ancrage dans un lieu, un point fixe et défini, une parcelle d’univers qui nous appartient et nous façonne.

Que signifie aujourd’hui venir de quelque part?
Quel sens cela revêt, à une époque où tout est « portable » et mobile?
Où les frontières s’estompent et où les cultures se mêlent?
Que signifie aujourd’hui appartenir à un coin de pays, s’en réclamer?
Admettre que, d’une manière ou d’une autre, notre identité en est teintée, colorée?

Certes, cette réflexion s’ancrera dans nos maisons –lieu de nos vies, de nos morts et de nos naissances- mais aussi dans ces espaces fantasmatiques que sont les histoires que nous nous racontons depuis la nuit des temps et qui, à leur manière, nous servent de home, de refuge.

Finalement, ce «J’habite ici» n’est pas sans faire écho, pour moi, à ce nouveau lieu qui est celui de la compagnie et que nous partageons avec le regroupement Aux Écuries. Ce beau théâtre de la rue Chabot, dont la construction aura mobilisé une grande partie des forces vives de notre équipe au cours des dernières années, est aujourd’hui l’un des lieux les plus mieux pensés et les mieux conçus pour la création contemporaine.

Mais maintenant, il ne suffit pas de l’avoir bâti… il nous faut l’habiter. Une aventure tout aussi exigeante, à mon sens, si l’on veut que cette maison soit à la hauteur de son titre de théâtre, qu’elle soit un véritable lieu de recherche, de réflexion et de création, un lieu vivant, placé sous le signe de l’invention et du partage.

Bref, un lieu qui appartient tout autant à ceux qui y vivent, qu’à ceux qui le visitent !

« L’esprit est une maison vide, qu’il faut habiter et façonner à la longue. »
-Ludvik Vaculik

Artiste associé - Laurier Rajotte

Depuis sa création, Les Deux Mondes s’est toujours fait un point d’honneur de soutenir la démarche des travailleurs de l’ombre que sont les concepteurs. Ainsi, au fil des ans, des scénographes, des musiciens et des vidéastes ont collaboré étroitement aux activités des Deux Mondes, partageant même à certaines périodes sa direction artistique et contribuant grandement à forger la signature unique qui a fait la renommée de la compagnie aux quatre coins du monde.

Lors de son entrée en fonction en 2013, Sébastien Harrisson a souhaité poursuivre cette tradition en associant, à chacun des cycles de création, un concepteur invité. En plus de travailler sur des projets personnels, celui-ci agira comme interlocuteur privilégié de la direction artistique et viendra enrichir de ses réflexions les projets en cours de la compagnie.

Pour le cycle « J’habite ici », c’est donc le musicien et compositeur Laurier Rajotte qui se joint à l’équipe. En plus de signer la musique originale du spectacle Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu, Laurier travaillera aussi à un projet personnel provisoirement intitulé Préludes à droite dont la compagnie soutiendra, à diverses étapes, le développement.

Il sera possible de suivre le travail de Laurier Rajotte sur cette page et sur le Carnet de bord du DA pendant tout son séjour aux Deux Mondes, dès l'automne 2014.